Difficile de venir à Chiang Mai sans essayer au moins une fois un trek. Tout le monde a vu ou entendu que le nord de la Thaïlande était un endroit idéal pour ce genre d’aventure. Et c’est vrai. Mais un problème se pose quand vient le temps du choix. Si vous tapez « trek à Chiang Mai » sur internet, vous constatez que l’offre en ligne comme dans les différentes agences sur place est très large, et la confusion qui règne autour des termes employés très grande. Nous avons donc mené notre petite enquête qui vous aidera à y voir un peu plus clair.

 

Les agences de trek

decouverte des plantes medicinales pendant un trek a Chiang MaiLa première question que vous vous posez peut être est la suivante : Dois-je passer par une agence de trek à Chiang Mai ou simplement me rendre dans une des montagnes autour de la ville et partir pour une randonnée pédestre dans la jungle tout seul, ou à la rigueur en demandant à un local de m’accompagner.

Pour des raisons de sécurité évidentes, nous recommandons fortement de faire appel à une agence. Vous serez ainsi accompagné par un guide de trek, professionnel et ayant une licence. Cela peut paraitre être un détail, mais ces guides sont en général des locaux, issus des populations autochtones des zones de trekking dans la jungle. Ils sont donc parfaitement au courant des dangers du parcours comme des dangers liés à la météo de la saison durant laquelle vous faites la randonnée. Un des meilleurs exemples est la mésaventure qui est arrivée en juillet 2018 à ce groupe de jeunes thaïlandais s’étant aventures dans une grotte et ayant été bloqués à l’intérieur suite à un orage et à la montée des eaux subites qui en avait résulté. A ce sujet il est plus prudent de s’enquérir de la situation sur le niveau des eaux à la saison des pluies, car les circuits comprennent souvent des cascades et des descentes de rivière en radeau de bamboo.

Il faut aussi savoir que les agences de trek sont tenues de souscrire pour vous une assurance accident. Vous bénéficiez ainsi d’une couverture en cas de blessure subie durant la randonnée. Il faut bien sur vous assurer que l’agence est autorisée à exercer. Elle doit pour cela avoir une licence auprès de du TAT, le Tourism Authority of Thailand. Nous vous mettons en garde contre les annonces sur internet de Français qui proposent leurs services de guide. Les personnes non thaïlandaises n’ont pas le droit d’exercer ce métier qui est strictement réservé aux Thaïs. En partant avec ces soi-disant guides, vous n’êtes absolument pas couvert. Sans parler des autres problèmes comme le fait que leurs connaissances sont souvent limitées.

D’une manière générale toute agence devrait être en mesure de vous expliquer clairement quel sera le programme du trek, la taille maximale du groupe, à moins que vous optiez pour un trek privée (ce que nous recommandons), et la zone de trekking, qui se situera à Mae Wang, au Doi Inthanon ou à Mae Taeng.

Les agences en ligne sont aussi présentes sur place et donc il n’y a pas de problème à réserver votre trek sur internet. Mais choisissez de préférence une agence francophone pour éviter les malentendus, et très réactive, ce qui est en général une preuve de sérieux.

 

Prix d’un trek

Traversée d'une rivière pendant un trekLes prix varient grandement d’une offre à l’autre. Il y a plusieurs critères à prendre en considération. La durée du trek, généralement 1 jour, 2 jours ou 3 jours, si vous avez opté pour un groupe ou pour une formule privée, ce qui est inclus etc. Les prix pour un trek à Chiang Mai vont généralement d’un peu plus de 1000 Bahts par personne (trek en groupe) à un peu plus de 10000 Bahts (trek privé avec spécialiste comme la survie, avec guide francophone), pour 2 jours.

Bien entendu les treks en groupes sont les moins chers mais si vous n’êtes pas trop serré au niveau du budget, nous ne saurions que trop vous recommander d’opter pour un trek privé. Pour la différence de prix vous bénéficiez d’une expérience bien plus personnalisée, d’un parcours plus adapte à vos capacités physiques, c’est intéressant si vous avez des enfants, et le contact avec les minorités ethniques est plus authentique puisque vous passez la ou les nuits dans des villages tribaux moins fréquentés. Le rythme est aussi plus détendu et vous permet de mieux profiter des cascades et des magnifiques panoramas.

Ceux qui ont un budget limité doivent quand même éviter de se laisser séduire par des prix si bas qu’ils ne permettent humainement pas de fournir une prestation de qualité. Dans ces cas-là, le guide sous payé et souvent novice ne fera aucun effort durant le temps que vous passerez avec lui, vous ne recevrez aucune information sur la faune et la flore locale et tout sera à l’avenant. Sans parler du véhicule utilisé pour vous emmener et vous ramener, les assurances etc. En croyant économiser vous paierez simplement pour une expérience décevante. C’est dommage quand vous pensez que l’occasion de randonner dans le nord de la Thaïlande ne se représentera probablement pas avant longtemps.

Lorsque vous réservez un trek, le prix inclus généralement tout, du départ de votre hôtel jusqu’au retour. Lorsque vous passez la nuit chez l’habitant, dans une cabane en bambou, il est généralement de bon alois d’offrir quelques cadeaux aux enfants des tribus locales. Une bonne idée est de leur offrir des crayons, des cahiers ou quelques livres.

 

Et l’eco trek ?

On entend de plus en plus souvent parler d’eco trek sans que personne ne sache vraiment ce que cela signifie. Les agences ont réalisé que c’était devenu un terme vendeur, d’où sa prolifération. Nous ne citerons pas de noms mais certains ont même bâti leur popularité sur internet en utilisant cette expression à outrance et hélas, le plus souvent de façon plutôt mensongère.

Par définition un éco trek devrait se dérouler dans des zones protégées, comme les parcs nationaux, avoir un minimum d’impact sur l’environnement tout en respectant complètement l’intégrité culturelle des minorités rencontrées, Karen, Lisu et Akha entre autre.  Avant de vous laisser tenter par ce slogan commercial, prenez le temps de vérifier ce qui fait la différence entre l’éco trek que vous vous apprêtez à réserver, et qui coûte généralement plus cher, et le trek « normal ». Vous risquez d’être surpris. Inutile de préciser qu’un éco trek ne devrait déjà pas être propose en groupe, ce qui à notre sens va à l’encontre du concept même.

Nous sommes par contre persuadés qu’un authentique eco trek à Chiang Mai peut vous apporter une expérience très enrichissante qui vous laissera probablement des souvenirs indélébiles. La joie est en effet très grande lorsqu’on a le sentiment d’avoir pu profiter des merveilles que la nature peut offrir tout l’en ayant sincèrement respectée.

Donc éco trek oui, mais encore faut-il que ça en soit réellement un.

 

Un trek sans éléphant ? Ou peut-être avec ?

Cette question revient, elle aussi très souvent. La demande est de plus en plus forte à Chiang Mai depuis 2 ans maintenant pour les trekkings sans éléphant. Cela vient d’une série de vidéos, horribles, montrant le mauvais traitement de l’affreuse technique appelée phajaan.

On la faisait subir aux jeunes éléphants capturés à l’état sauvage pour les soumettre et briser leur volonté. La plupart des éléphants en Thaïlande naissent maintenant en captivité et sont protégés. Quand ils naissent au milieu des hommes, ils s’apprivoisent sans l’utilisation de la technique honteuse mentionnée plus haut.

Le problème est qu’il existe encore des trafics, bien que de mieux en mieux contrôlés, ou des braconniers capturent des bébés éléphants dans la jungle, surtout à l’extrême nord de la Thaïlande, les domestiquent, et les revendent en falsifiant leurs papiers de naissance.

Par bonheur et grâce à la prise de conscience de ce problème, de nouveaux camps d’éléphants se développent maintenant qui portent le respect de l’animal comme valeur première. Les animaux y sont traités avec beaucoup de respect et souvent il n’est pas possible de grimper sur leur dos pour une ballade. Vous avez par contre le plaisir de les soigner, de les nourrir et de vous baigner avec eux. Les camps qui permettent les balades à dos d’éléphant sont aussi de plus en plus nombreux les faire sans nacelle. Vous êtes assis directement sur le cou de l’animal ce qui évite l’inconfort du bois de la nacelle sur son dos et les blessures éventuelles qui pourraient en résulter.

Il est donc possible de choisir un trek qui inclut une visite dans un camp d’éléphant mais nous recommandons un de ces camps ou l’éléphant est traité avec respect. La décision vous appartient et vous devez faire votre choix de manière à ne pas avoir de regret par la suite.

 

Nous espérons que cet article vous aura un peu éclairé et vous rendra le choix plus facile. Pour résumer, et comme pour tout dans la vie, avec un minimum de bon sens vous devriez être en mesure de choisir un trek qui vous donnera pleine satisfaction. Attention quand même aux conseils éclairés que vous pouvez lire sur certains blogs de treks, dont les auteurs ont fait un court séjour à Chiang Mai et croient ensuite détenir LA vérité. Ils sont souvent très à côté de la plaque.